8 mars 2019

La journée mondiale pour les droits des femmes est un jour férié à Madagascar. Cette année la célébration au niveau national s’est déroulée à Mahajanga. De nombreuses délégations ministérielles étaient présentes. La nouvelle première dame, Mialy Rajoelina, épouse du Président de la République Andry Rajoelina, élu en décembre et ayant pris ses fonctions en janvier, était invitée d’honneur.

Des participantes sont venues des 22 régions du pays et de leurs districts. Ce fut une occasion pour moi de découvrir les tenues traditionnelles des différentes ethnies. Encore une débauche de tissus, d’imprimés, de coiffures, de bijoux, de chapeaux, de maquillages … divers, colorés et chatoyants comme je les aime !

 

Parfois venues de l’autre bout du pays en taxi-brousse, les groupes de femmes se sont rassemblés petit à petit sur le stade, dans la matinée. D’abord dans le désordre et la bousculade pataugeant un peu dans l’herbe boueuse, à cause de la pluie de la veille ; entre les vendeurs de sambos, de yaourts ou de chapeaux. Ensuite, fièrement, rassemblées derrière les banderoles, prêtes à défiler et à passer devant la tribune officielle.

Cette matinée sentait la joie, la fierté, la dignité, la solidarité et la ferveur. Mais elle avait aussi des airs de campagne présidentielle. Bien que celle-ci soit terminée et le président élu, le orange était encore à l’honneur ! Les groupes de femmes, membres du TGV, le parti d’Andry Rajoelina étaient là en force. Un tee-shirt personnalisable avait été proposé par l’organisateur. Blanc à bordures orange « Rajoelina » : comment ne pas y voir encore un outil de soutien ou de propagande pour le « Prezida » ? Marqué au nom de notre établissement, mes collègues et moi-même ne l’avons pas porté. La neutralité est une obligation pour nous.

En se promenant au milieu de tous ces groupes de femmes, la force de l’enthousiasme est communicative. Le 8 mars est vraiment une fête pour les femmes. Mais qu’en est-il des autres jours ?

Le thème d’un des discours du jour fut « l’abolition et la condamnation des violences domestiques ». Un sujet d’importance, car beaucoup de femmes sont battues par leurs époux. Un jour, une femme de mon entourage m’a demandé :

«-Il te tape ton mari ? ».

– Mais non ! Pourquoi ? Ton mari te tape ?

– Oui. Souvent. Il va boire et quand il rentre, il me tape.

– Mais il n’a pas le droit. Tu ne peux pas aller à la police pour le dire et qu’il arrête ?

– Si. C’est interdit qu’un mari tape sa femme à Madagascar. Mais si je vais à la police, il sera encore plus en colère et il va me taper plus.

-… »

Finalement, j’ai su plus tard, qu’elle était tout de même allée déposer plainte, que son mari avait déjà fait de la prison pour des coups donnés dans le passé. Dans les mentalités, c’est ancré. Beaucoup de femmes reçoivent des coups de leurs conjoints.

Pourtant la société malgache traditionnelle est matriarcale. Les femmes malgaches ne sont pas si soumises que « l’anecdote » plus haut pourrait le faire penser. Ici, une femme peut divorcer, quitter son mari, avoir des enfants hors mariage sans être jugée ou montrée du doigt, comme dans certains pays. Elles ont le droit de travailler, n’ont pas d’autorisation à obtenir de leur famille. Mais en fait, en profondeur, c’est bien plus compliqué. Une collègue me racontait, qu’encore maintenant, dans une fratrie, on demande aux garçons de fonder une famille et d’être chefs de famille. Aux filles on demande de trouver un « bon mari ». Si les parents n’ont pas de ressources suffisantes pour financer les études de tous les enfants. La priorité ira souvent aux garçons. Mais s’agit-il uniquement d’un problème de « droits des femmes » ou de celui d’une nation qui doit se relever et se construire pour que sa population vive correctement ?

A Antananarivo, le 8 mars, un concours de lessive a été organisé. Le maire est une femme. Voilà qui pourrait être un bon sujet de discussion…. Une chose est sûre : il reste un long chemin à parcourir et des consciences à éveiller.

Pourtant, à voir ce rassemblement du 8 mars, je me dis que si la joie et l’enthousiasme pouvaient faire avancer un pays … Madagascar irait bien loin !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s